Pensionnat-Balurisan

Pensionnat pas tout a fait comme les autres où de jeunes rebelles (Néko, ange, démon,...) se rassemblent dans cette institue pour lutter contre une guerre sans fin,...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Où est la liberté ? Préparatifs. [partie 1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jiyuu
Proffesseur d'arcanes magiques et de traduction de runes
Proffesseur d'arcanes magiques et de traduction de runes
avatar

Masculin
Nombre de messages : 114
Age : 27
Date d'inscription : 16/09/2008

MessageSujet: Où est la liberté ? Préparatifs. [partie 1]   Dim 15 Fév - 2:44

[voilà la suite des aventures de Jiyuu ^^]

La fraîcheur de l’aube réveilla Jiyuu qui s’était endormi depuis longtemps sur la table devant son petit objet sacré « YNOS » , le jeune homme dragon regarda d’abord Midori dont le lit était à présent vide, dès le petit matin elle allait travailler dans la maison et tout laver, Jiyuu regarda par la fenêtre, en effet le matin allait bientôt se lever et Jiyuu devrait regagner vite sa chambre afin de ne pas éveiller quelques soupçons de la part de son père. Il faisait si froid dans cette chambre et pourtant Midori était déjà debout dans le manoir à travailler d’arrache pied, Jiyuu admirait sa force mentale, lui n’aurait pas même tenu deux jours.
Sortant discrètement de la cabane de Midori, Jiyuu se faufila à travers le jardin d’abord, puis les couloirs ensuite usant de sa discrétion légendaire pour finalement entrer dans sa chambre.
La chambre de Jiyuu était très peu décorée contrairement au reste du manoir. Le jeune homme-dragon ne supportait pas avoir trop de babioles inutiles, ainsi sa chambre comprenait un lit, un bureau, une armoire massive et une étagère pleine de livres. Sur le mur en face de l’étagère étaient accrochée des sabres en bois et un arc. Il y avait au pied du lit un coffre en bois rouge laqué avec une série d’arcanes incrustées dans le bois qui empêchaient toute autre mains que celles de Jiyuu d’ouvrir le coffre, c’était les mages dans le coin qui avaient fait ça pour lui.

Jiyuu alluma un braséro à l’aide de l’arcane du feu qui y était gravée et laissa la chaleur douce se propager dans son corps, il se sentait complètement revigoré. Pourtant Jiyuu était pensif, cela faisait des mois qu’il pensait à une chose, et cette chose devait impérativement se produire bientôt.

* Je dois fuir*

Jiyuu savait que demain il devrait aller au palais impérial pour servir l’impératrice Tiamat, et il ferait tout pour disparaître avant demain. Jiyuu avait anticipé les éléments de sa fuite et avait tout caché de son père et de sa petite sœur, et maintenant il était temps de se mettre au travail.
Jiyuu s’accroupit devant son coffre de bois laqué et souleva le loquet puis ouvrit le coffre. A l’intérieur se trouvaient divers objets dont il aurait besoin. Un simple canif de nyhr, ce cristal aux diverses couleurs. Le nyhr fut la fierté des hommes-dragons car c’est une roche malléable à une température très élevée que les hommes ne purent jamais synthétiser. Cette roche se trouve en abondance dans les montagnes « Ryu no Tsume » que les humains appellent aussi « Copper spikes » en raison de l’abondance de cuivre mais l’absence de fer et de bronze. Ainsi les humains n’ont trouvé aucun intérêt à utiliser ces montagnes alors que les hommes-dragons eux trouvèrent leur plus précieuse ressource à profusion.
Jiyuu rangea le canif de nyhr dans son fourreau et le balança dans son sac de voyage prévu à cet effet, puis il sortit les autres objets du coffre : quelques habits peu luxueux, une corde tressée longue, quelques rouleaux de parchemin, pinceaux, un pot d’encre bien scellé, des bandages, divers poudres de médecine et une couverture de voyage. Jiyuu rangea toute ces affaires dans le sac et rangea le sac dans le coffre.
Jiyuu alla ensuite s’habiller et descendit manger quelque chose en se pliant aux désirs de son estomac de dragon. Alors que Jiyuu mangeait dans le salon, il entendit la porte coulisser, son père s’était réveillé et ils échangèrent les deux un « bonjour » plutôt calme et monocorde.

« Aujourd’hui tu iras t’entraîner avec Mayuko d’accord ? »


« Je veux bien… ça fait longtemps que je ne me suis pas entrainé… »

« Parfait, finis de manger, va te préparer et file au dojo avec Mayuko, elle est déjà debout et a déjà mangé. »

« Bien père… »

L’expression de Jiyuu était neutre, il avait toujours un visage neutre auprès de son père, mais auprès de Mayuko c’était autre chose. Jiyuu aimait sa petite sœur comme un grand frère se devait de l’aimer, il voulait tout le temps veiller sur elle, mais son père accomplissait ce rôle avec ferveur, il voulait passer du temps avec elle, mais son éducation était encore plus chargée que celle de Jiyuu, il n’y avait qu’à l’entrainement que Jiyuu pouvait passer du temps avec sa petite sœur.
Une fois prêt avec son boken, le sabre de bois en en main Jiyuu alla retrouver Mayuko qui le salua d’un grand sourire sincère.

« Salut grand frère ! Regardes un peu ton visage, tu as mal dormi ? »

Jiyuu s’approcha de Mayuko et lui ébouriffa les cheveux d’un geste rapide :

« Moi non ? Mais regarde toi, tu ne t’es pas coiffée ce matin ? »

« Jiyuu ! C’est pas drôle ! ça m’a pris au moins une heure ! »

Les deux continuèrent de se chamailler gentiment sur le chemin alors que les paysans et artisans s’arrêtaient pour saluer les deux nobles. Depuis le temps que les paysans connaissaient Jiyuu ils se permettaient de le tutoyer comme l’avais souhaité Jiyuu. Les paysans appréciaient beaucoup le jeune homme-dragon pour sa franchise et pour son sens de la fête au prix des réprimandes de son père, mais Jiyuu était vraiment un des nobles les plus proches des paysans, à vrai dire Jiyuu méprisait toute forme de hierarchie.
Une fois arrivé au dojo Jiyuu et Mayuko se mirent en position de combat, la petite se révélait de plus en plus douée …Bien plus que Jiyuu lorsqu’il avait son âge. Ses coups étaient précis et net et Jiyuu qui semblait les esquiver avec allégresse se battait en fait intérieurement de toute sa force pour ne pas se prendre des bleus sur la figure, puis il répliquait avec force ce qui désavantageait la petite Mayuko au niveau de la taille. Le combat d’entrainement terminé, Mayuko et Jiyuu pratiquèrent alors les exercices dans le vide ensemble puis passèrent au tir à l’arc, à la magie d’arcanes et au combat de dagues et de bâton si bien qu’ils furent complètement épuisés. Jiyuu remballa son boken et sourit à sa petite sœur.

« Tu veux aller manger quelque chose au village Mayuko ? »

« Je veux bien grand frère, allons-y »


Jiyuu prit la main de Mayuko dans la sienne et quitta le dojo après avoir rangé l’équipement d’entrainement. Ils marchèrent main dans la main le long du sentier en direction du village, les hommes-dragons étaient une communauté très petite, même si il y avait un quartier riche, un quartier pauvre, et un palais impérial, le nombre de maisons faisait de la « capitale », un village, le seul village homme-dragon. Après avoir déambulé deux petites rues, Mayuko et Jiyuu arrivèrent dans une petite auberge, une jeune femme paysanne, la gérante de l’auberge salua les deux arrivants d’un geste de main, puis s’inclina devant Mayuko.

« Dame Mayuko, salut Jiyuu ! Comment allez-vous aujourd’hui ? »

« Pas mal Yuki » répondit l’homme dragon. « Comme d’habitude on se repose après l’entrainement. »

« Je vais faire apporter de quoi manger. »

Jiyuu et sa petite sœur mangèrent en bavardant, tout en mangeant Jiyuu remarqua deux soldats hommes dragons qui se frayaient un chemin suivi d’un palanquin porté par quatre hommes dragons. La porte s’ouvrit et l’immense Kenji apparut en fronçant les sourcils.

«Ah je vous retrouve enfin tout les deux ! Mayuko, la famille Tokugawa organise une cérémonie du thé ce soir, il faut que tu rentres te préparer, il n’est pas concevable que tu y ailles dans cet état, l’honneur de la famille est en jeu. »

Le regard de Jiyuu et celui de son père se croisèrent, les deux visages neutres exprimaient une multitude de sentiments, mais les deux savaient qu’un ne comprendrait jamais l’autre. Jiyuu méprisait le fait d’utiliser Mayuko, de se servir de son talent, sa distinction et son charme pour quelque chose d’aussi abject que « l’honneur familial ». Jiyuu se demandait si son père comprenait à quel point c’était dur pour Mayuko de devoir se comporter en tant que telle…de devoir constamment se comporter comme une jeune noble, une femme de la haute société, de montrer ce masque d’arrogance et de manières pour parfaire la distinction…Tout ces sentiments émanaient de l’avarice et de l’orgeuil.
Jiyuu regarda alors Mayuko qui lui fit un sourire désolé et se leva.

« Je viens père, allons-y. »

Kenji regarda sa fille monter en lui souriant puis son sourire disparut et il regarda à nouveau Jiyuu.

« Toi, l’impératrice va te recevoir demain dès l’aube pour la cérémonie de recrutement...Alors fais ce que tu veux mais je veux te voir ce soir à la maison, et ne t’attires surtout pas d’ennuis avant d’être au palais. »

Le palanquin disparut sans que Jiyuu puisse dire vraiment au revoir à sa petite sœur. Il soupira, il se demandait comment elle réagirait si elle apprenait ses projets. Mais maintenant était le bon moment pour finir les préparatifs, laissant des pièces sur la table Jiyuu salua d’un sourire l’aubergiste puis courut vers la tannerie, il arriva devant un jeune homme qui devait avoir son âge. Un jeune garçon aux cheveux verts et qui portait un objet qui venait des terres occidentales qui s’appelaient « lunettes », une paire de verres montés par une structure métallique. C’étaient de petites lunettes fines et la monture était dorée.

« Jiyuu ! Je t’attendais. »

« Salut Keitaro, comment tu vas ? Ah ! Midori veut que je te donne ça. »

Jiyuu sortit une enveloppe de la poche intérieure de son kimono et la tendit au jeune tanneur. Keitaro était en fait le grand frère de Midori, ils avaient un certain air de famille, les deux avaient un visage très doux et des yeux intenses et les cornes de Keitaro ressemblaient à quelques détails près celles de Midori.

« Alors , tu as ce que je voulais ? »

« Je l’ai, c’était difficile de me les procurer…Mais je ne pouvais pas te refuser ça, les voilà. »

Keitaro tendit à Jiyuu un paquet soigneusement emballé, Jiyuu l’ouvrit et découvrit ce qu’il cherchait : des habits de voyage occidentaux, un simple pantalon beige, des bottes de cuir tanné brunes et un haut simple de couleur bleue. Il y avait aussi une longue cape munie d’une importante capuche.

« J’ai dû l’agrandir pour qu’on ne distingue pas tes cornes mais pour le reste ça devrait aller. »

« Je savais que je pouvais te faire confiance. »

« Dis moi Jiyuu, tu es vraiment déterminé ? Bah je suppose que ça ne sert plus à rien de te poser la question maintenant. Mais tu sais…tu vas vraiment faire de la peine à Midori en fuyant. »

Jiyuu ne répondit pas, parce qu’il ne savait pas quoi répondre. Keitaro et Midori avaient toujours été aussi gentil envers Jiyuu, il avait l’impression d’appartenir à leur famille plutôt qu’à celle de son propre père. Il releva les yeux et Keitaro lui fit un sourire.

« Bah ne dis rien, je sais que tu as tes raisons…J’espère seulement que tu reviendras vite, écris moi une lettre un de ces jours et envoie le moi par faucon. »

« Je te le promets…Bon ce n’est pas tout je dois aussi passer chez Kojiro…Alors à bient….euh…au revoir ! Nous nous reverrons tôt ou tard, mais entiers, je te le promets. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba
[Admin] Directrice péssimiste et Prof de Magie
[Admin] Directrice péssimiste et Prof de Magie
avatar

Féminin
Nombre de messages : 325
Age : 23
Localisation : Comme toujours à faire la folles avec ses Best Friends ^^
Emploi/loisirs : Ecrivain/Sorcière
Humeur : La fin du monde est proche mes amies...
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: Où est la liberté ? Préparatifs. [partie 1]   Dim 15 Fév - 19:39

Waouuu!! J'adore *-* mais ça fait bizarre parce que tu répètes très souvent Jiyuu faudrait que tu varies plus ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://whenidream.kazeo.com/
 
Où est la liberté ? Préparatifs. [partie 1]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Partie de plaisir
» les chemins de la liberté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat-Balurisan :: Hors RPG :: Créations :: Ecriture-
Sauter vers: