Pensionnat-Balurisan

Pensionnat pas tout a fait comme les autres où de jeunes rebelles (Néko, ange, démon,...) se rassemblent dans cette institue pour lutter contre une guerre sans fin,...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Où est la liberté ? Préparatifs. [partie 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jiyuu
Proffesseur d'arcanes magiques et de traduction de runes
Proffesseur d'arcanes magiques et de traduction de runes
avatar

Masculin
Nombre de messages : 114
Age : 27
Date d'inscription : 16/09/2008

MessageSujet: Où est la liberté ? Préparatifs. [partie 2]   Dim 15 Fév - 2:51

Jiyuu courut avec son paquet sous les bras en direction cette fois de la forge. La forge était également un lieu empli de nostalgie pour Jiyuu. Il y passait beaucoup de temps avec Kojiro à parler épées, lances et haches. Cet endroit était le plus bruyant de tout le village et le plus chaud aussi, on y faisait fondre du nyhr afin de faire des armes et des outils sans pareilles. Lorsque Jiyuu arriva au son du fracas sur les enclumes, il repéra immédiatement son ami Kojiro, un homme aux cheveux noirs de son âge environ, ses cornes pendaient vers le bas avant de reprendre leur trajectoire tout droit ce qui donnaient une impression féroce qui correspondait bien au caractère gaillard du jeune garçon.

« Jiyuu ! Je sais dejà ce qui t’amènes ici ! T’es venu boire mon délicieux sake maison ! »

Le jeune forgeron attrapa un pichet et lança un verre à Jiyuu puis lui versa du saké. Ils burent et bavardèrent pendant un moment, puis le forgeron se leva en s’étirant.


« Si papa me chope en train de boire plutôt que de finir les faucilles, il va me buter c’est sûr ! Désolé Jiyuu, je pense pas que je peux aller plus loin. »

« Dans ce cas Kojiro…Il faut que je te demande…Est-ce que tu as ce que je t’ai demandé ? »

« Ouais, c’était la galère de trouver de l’acier et c’était encore plus chaud de le forger en cachette et surtout de le forger comme les humains le font ! J’ai failli plus d’une fois faire fondre tout l’acier…Enfin bon la voilà, une épée courte, environ 63 centimètres avec la garde et le manche…Tiens prends. »

Jiyuu prit l’épée et la rangea avec le paquet.

« Kojiro...Je crois bien que c’est notre dernier verre. »

Le jeune forgeron saisit Jiyuu et le serra contre lui.

« Pas le dernier mec, je te jures sur la forge que nous boirons ensemble encore une fois…Et en attendant…L’acier est beaucoup moins solide que le nyhr, donc fais gaffe avec compris ? »

« Compris…Kojiro…Tu vas vraiment me manquer…Et … »

Un grondement sévère se fit entendre et le jeune forgeron devint pâle comme la neige d’hiver sur ces hautes montagnes.

« Merde, le vieux est en colère….Je disparais…A plus mon gars ! Reviens vite… »

Jiyuu quitta la forge, il avait tout ce dont il avait besoin.

Alors que la nuit tomba, Jiyuu, chez lui avait préparé ses affaires, cachées dans son armoire. Midori ne l’avait pas croisé de la journée ce qui inquiétait un peu le jeune homme dragon. L’heure du dîner arriva et Jiyuu après s’être lavé et changé descendit manger en compagnie de son père. L’ambiance était tendue, Mayuko assise à coté de Kenji ne disait rien et Kenji regardait Jiyuu comme si il voulait percer à travers son esprit. Après une longue attente Kenji leva sa coupe de saké et dit :

« Fils ! Tu vas servir la céleste impératrice dès demain ! Buvons à la famille et à son honneur. »

Jiyuu leva sa coupe et la vida en même temps que son père. Sans vraiment dire de mots, Jiyuu mangeait, buvait, tout en espérant que son père fasse de même, et ce fut un succès, Kenji ayant trop bu de saké se leva brutalement et dit :

« Bon, demain promets d’être une journée chargée, allons dormir…Va donc te reposer fils… »

Mayuko raccompagna Kenji jusque dans sa chambre et Jiyuu quitta la salle à manger. Il se leva pour aller à sa chambre et croisa Mayuko dans le couloir. Les deux s’immobilisèrent sans prononcer un mot, puis Jiyuu demanda :

« C’était comment cette cérémonie chez les Tokugawas ? »

« C’était…Intéressant, Akyo, leur fils ainé est un fort guerrier et un bon magicien, son style d’écriture est même reconnu au palais impérial. »

« Content de le savoir…Je vais me coucher, bonne nuit. »

« Attends grand frère ! »

Mayuko avait saisit le poignet de Jiyuu, celui si se retourna et la regarda dans les yeux. C’est alors que l’étonnement prit le dessus. L’expression de sa petite sœur reflétait la tristesse, Jiyuu devina alors les sentiments de sa petite sœur, elle ne voulait pas qu’il parte…Qu’allait il lui dire ?

« Quoi qu’est ce qu’il y a ? »

Jiyuu avait fait un faux sourire, et dejà la culpabilité s’emparait de lui, il portait même un masque devant sa propre sœur, cette fuite, cette nouvelle vie valait-elle vraiment la tristesse de sa petite sœur ? Jiyuu le savait, il n’avait pas le choix, il devait fuir pour son propre bien.

« Non rien….bonne nuit grand frère. »

Mayuko se retourna et partit en direction de sa chambre. Jiyuu quand à lui retourna dans la sienne.
Les préparatifs commençaient. Jiyuu rangea dans son sac les habits de style occidental, accrocha l’épée d’acier dans son dos et mit son sac par-dessus. Il rangea son petit canif en nyhr qui lui servait de tantô, c'est-à-dire de poignard qui empruntait le même style de lame que celles d’un katana. Puis il enfila des habits de voyage orientaux, car il se trouverait pendant les premiers jours en terres orientales et s’assit sur le lit en attendant le moment le plus sombre.
Cette attente semblait interminable pour Jiyuu, le temps défilait lentement, il ne cessait de penser, de repenser à sa fuite, étais-ce le bon choix ? Il pouvait encore abandonner, se coucher et servir l’impératrice Tiamat, gagner sa vie et la finir en bon guerrier…Non…Ce n’était pas une vie dans un petit village isolé qui l’attendait, Jiyuu voulait découvrir le monde, il voulait voir les terres occidentales, les montagnes des démons, il voulait marcher dans les grandes villes…L’âme de Jiyuu l’appelait au voyage, son esprit voulait qu’il parte, son ombre approuvait…Sa place n’était pas au palais.

Le moment tant attendu arriva alors, le moment le plus noir de la nuit, qui ne durerait qu’une ou deux heures avant que l’aube ne se lève. Jiyuu se leva ouvrit l’écran de papier de riz qui menait à son balcon et sortit une corde pour descendre. Une fois en bas il tira la corde et la rangea puis se dirigea vers la porte d’entrée. Il ouvrit le portail de bois quand soudain un bruit de pas se fit entendre derrière lui. Jiyuu ne chercha pas à se retourner…Il savait très bien qui se tenait derrière lui.

« Alors c’est vrai…Tu t’en vas vraiment… »

« …Midori… »

Jiyuu voulait se retourner, il voulait revoir son visage, mais il ne l’osait pas, il ne savait pas quoi lui dire, comment lui faire part de ses sentiments, comment lui expliquer à quel point il étouffait dans le village.

« Midori…Je… »

« Je sais, tu ne peux plus supporter le village…Tu as besoin d’un monde plus vaste…Tu as besoin de comprendre ce qui t’entoure, c’est une quête absolue, tu veux rétablir la paix dans ton âme. »

« …Je ne voulais pas…Te laisser seule…C’est juste que… »

« Ne dis rien Jiyuu… »

Jiyuu sentit les mains de Midori sur ses épaules, il baissa la tête, les larmes coulaient dejà de ses yeux. Il se retourna lentement et vit que Midori elle aussi versait des larmes. Il posa sa main sur la joue de la servante et essuya ses larmes.

« Pars avec moi Midori ! Découvrons le monde ensemble ! Je sais que toi aussi tu ne peux pas supporter ce maudit village ! »

« Jiyuu…Ce village m’appartient, ton âme est liée au monde extérieur…La mienne est condamnée à rester ici… »

Midori se rapprocha de Jiyuu et le serra contre lui, les mains de Jiyuu se posèrent dans le dos de la jeune dragonne.

« Promets moi Jiyuu, que tu reviendras me chercher, promets moi que tu feras attention à toi, promets moi que tu mangeras sainement, promets moi…que tu penseras à moi. »

Jiyuu pleurait à présent sur les épaules de Midori, son amie d’enfance, celle qui représentait tout pour lui, Jiyuu ne voulait pas la quitter.

« Je…Je te le promets… »

Midori se dégagea et Jiyuu eut un rire amer.

« Ça fait beaucoup de promesses quand même…J’ai intérêt à toute les tenir…A Keitaro, à Kojiro…Et à toi Midori… Il y a une chose…Une chose que j’ai toujours voulu te dire… »

Midori posa sa main sur les lèvres de Jiyuu et lui dit :

« Dis les moi quand tu reviendras…Je pense que ça fera moins mal. »

« Tu as raison… »

« Maintenant…Disparais Jiyuu, va sans te retourner, je te suivrai à travers le vent. »

« Et je veillerai sur toi à travers le ciel. »

Jiyuu se retourna lentement…Prit une profonde inspiration, et se jeta en direction de la forêt qui descendait le long des montagnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba
[Admin] Directrice péssimiste et Prof de Magie
[Admin] Directrice péssimiste et Prof de Magie
avatar

Féminin
Nombre de messages : 325
Age : 23
Localisation : Comme toujours à faire la folles avec ses Best Friends ^^
Emploi/loisirs : Ecrivain/Sorcière
Humeur : La fin du monde est proche mes amies...
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: Où est la liberté ? Préparatifs. [partie 2]   Dim 15 Fév - 19:53

Trop mignon la dernière scène fin c'est quand même triste Et maintenant le voyage peut commencer...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://whenidream.kazeo.com/
 
Où est la liberté ? Préparatifs. [partie 2]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Partie de plaisir
» les chemins de la liberté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat-Balurisan :: Hors RPG :: Créations :: Ecriture-
Sauter vers: